[./index.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Les "Chenu" à Proville

Le Château de l'Escaut
Le Bois
La Pyramide


Le Château de l'Escaut : en 1831, sous le règne de Louis-Philippe, juste après le décès de son mari Pierre-Louis Crépin, le censier de la Marlière, Catherine Régnier fit ériger cette maison sur un terrain acquis pendant la révolution par son beau-père Charles, le 1er maire de Proville. En 1865, la maison de campagne et ses annexes (écuries, remises, dépendances, jardin) sont achetées par Louis-Etienne Chenu, époux de Lydie Laude. En 1984, la commune de Proville achète la propriété Chenu. La maison sans entretien subit les outrages du temps. En 1999, elle est abattue et laisse la place à un ensemble pavillonnaire pour aînés.

Le Bois : Ernest, le fils de Louis-Etienne et Lydie, notaire à Cambrai, entreprend l'extension du petit domaine familial. Il achète peu à peu des parcelles constituées essentiellement de prairies sitluées entre l'Escaut et le chemin des Prés. Il les transforme en surfaces boisées. Jean poursuit l'oeuvre de son père. C'est ainsi que naît le Bois Chenu, entièrement façonné par l'opiniâtreté de ces deux hommes. Il devient très vite un lieu de balade pour les Cambrésiens malgré la vigilance du garde-chasse Elie Goubet. La guerre 14-18 détruit la quassi totalité des arbres. Jean s'attache à recomposer l'aire forestière. Lorsque la commune l'acquiert  en 1984, c'est un ensemble majestueux qui fait naître de nombreux projets. Mai en hiver 1994-1995, en quelques jours le bois est anéanti par des tronçonneuses et engins de chantier. On peut penser que les élécteurs n'ont pas majoritairement apprécié la destruction de leur bois puisqu'ils mettent en place une nouvelle équipe municipale en 1995, qui s'engage à redonner vie au bois. Des actions bien concertées avec appui d'organismes compétents ressuscitent cet îlot de verdure unique dans le Cambrésis avec même un lustre qu'il n'avait jamais atteint. Une mare est créée à proximité du lieudit "la brasserie" et des parcours de découverte agrémentés de panneaux didactiques permettent de découvrir la richesse de la faune et la flore locales.

La Pyramide : quelques mois après la mort de son père en 1884, Ernest Chenu fait construire un monument funéraire à l'intersection du chemin de Noyelles et de la voie d'Hermenne, à une centaine de mètres de la Chapelle Crépin.
Louis-Etienne provisoirement inhumé dans le cimetière communal sera le 1er hôte du tombeau familial.
Le plan du monument nous montre que la hauteur totale à partir de la surface du sol est de 7,445m. Sa base de 3m au sol est carrée. Le tombeau comporte 6 niveaux (en dessous du niveau du sol).

Texte JC Defer